Covid-19 : Point de situation en liaison avec le corps médical

Depuis le début de l’épidémie de COVID-19 les professionnels de santé libéraux, la médecine de ville et l’hôpital public s’organisent sur tout le territoire pour anticiper au mieux la gestion d’une crise sanitaire sans précédent. Je leur exprime au nom de tous les Grassois notre infinie reconnaissance et notre profond respect pour leur engagement exceptionnel et leur mobilisation de chaque instant sur le terrain.

En tant que Maire et Président du Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier de Grasse, je veux assurer les habitants du bassin grassois de la pleine mobilisation des personnels de notre hôpital pour prendre en charge les personnes touchées par le virus. Un vaste plan de réorganisation des services hospitaliers a été déployé par la Direction avec l’arrêt des consultations et la déprogrammation des chirurgies jugées non prioritaires. Des unités dédiées à la prise en charge des cas possibles et des patients positifs au COVID-19 ont été créées, soit 45 lits minimum qui permettent l’accueil d’adultes contaminés mais aussi des enfants et de leurs familles.

Le personnel a été formé largement, les procédures ont été optimisées, des circuits sécurisés ont été établis et sont aujourd’hui opérationnels. Si le pic de l’épidémie est attendu dans les prochains jours dans notre région, la situation au sein de notre hôpital est à l’heure où j’écris stable et sous-contrôle. Le service de réanimation constitué de 8 lits dédiés aux malades n’est pas saturé et la capacité maximale de prise en charge de patients infectés n’est pas atteinte.

Parce que nous avons tous conscience que les prochains jours vont se durcir avec une augmentation sur le plan national du nombre de personnes infectées et de cas graves à traiter au sein de l’hôpital public, le Centre Hospitalier de Grasse continue de renforcer ses équipes et a fait un appel aux dons pour anticiper la diminution des stocks de matériels de protection (gants, masques, blouses, lunettes, tabliers…).

Alors qu’une voie d’espérance s’ouvre pour la guérison des malades avec la mise en place d’un essai médical basé sur les travaux du Professeur Didier Raoult et la prescription de la chloroquine, j’invite chacun à la plus grande vigilance et place toute ma confiance en la communauté scientifique et en nos médecins pour valider localement des protocoles stricts qui permettront à chaque établissement d’utiliser cette molécule pour soigner les cas les plus graves.

En tant que Président du Conseil de Surveillance et en lien étroit avec la Direction du Centre Hospitalier de Grasse, je serai très attentif à ce qu’un principe d’équité soit respecté afin que les patients pris en charge au sein de l’hôpital de Grasse bénéficient de ce médicament, dès lors que le corps médical l’aura collégialement décidé, au cas par cas, et avec le consentement éclairé des patients ou de leurs familles. Quant à l’approvisionnement des établissements hospitaliers, il appartient à l’État et aux autorités compétentes de veiller à la bonne distribution du médicament en quantité suffisante au regard de l’évolution de la situation sur l’ensemble du territoire.

Grassoises, Grassois, soyez assurés de l’implication totale du corps médical pour venir à bout de cette épidémie. Faites votre part en leur venant en aide : restez chez vous et conformez-vous strictement aux consignes pour vos déplacements indispensables.

Bon courage à tous !

Votre Maire.