La traverse Sainte Lorette devient la «Traverse Henri SOZIO »

Se revendiquer Grassois, de naissance ou de cœur, c’est appartenir à une communauté de destins qui partage des valeurs, une histoire, un passé ; c’est avoir à cœur de préserver un patrimoine commun. Baptiser une rue, une place, une avenue n’est jamais un acte anodin et traduit la volonté de l’équipe municipale de cultiver cette appartenance à un groupe en mettant à l’honneur des personnalités locales dont le parcours est intimement lié à la construction et la vie de notre cité.

C’est cet état d’esprit qui anime les membres de la Commission présidée par Nicole NUTINI qui a pour mission d’étudier les nombreuses demandes d’hommages publics que la municipalité reçoit.

Ce samedi 3 novembre, nous sommes réunis parce que l’une d’elles a abouti. Je me réjouis de procéder au dévoilement de la nouvelle appellation de la traverse Sainte-Lorette qui change d’identité et qui portera désormais le nom de Traverse Henri SOZIO.

Un hommage rendu à celui qui fût le directeur des établissements et de la parfumerie éponymes situés à quelques pas d’ici au cœur du quartier Sainte-Lorette. Des bâtiments reconnaissables entre tous, marqués visuellement par une longue cheminée de briques rouges, élément architectural qui caractérise si bien notre cité et qui a façonné si durablement le paysage grassois.

En 1940, Henri SOZIO prend le relai de son père, Antoine Ernest SOZIO, fondateur de l’entreprise créée officiellement en 1880. Il dirigea avec passion et enthousiasme l’entreprise familiale accompagné de sa sœur, Josette. Une société qui ne cessa de se développer sous son impulsion jusqu’à ce qu’il décide de se retirer en 1982. Retraité, il demeura très actif dans le monde de la parfumerie. Chacun se souvient de lui lorsqu’il était le Président de l’Association pour le Rayonnement du MIP, l’ARMIP, de 1991 à 1992.

C’est bien naturellement que nous avons souhaité inscrire dans la mémoire collective cet entrepreneur remarquable, impliqué dans la vie de la cité et dont le parcours mérite d’être souligné et relayé auprès des plus jeunes générations.

Mesdames, Messieurs,

Je compte sur vous pour partager cette nouvelle. Je compte sur vous pour continuer à préserver l’âme de ce joyau qu’est la ville de Grasse ; une ville que nous aimons et que nous chérissons.

Ensemble, continuons de rendre aux hommes et aux femmes qui en ont fait la renommée, la mise en lumière qu’ils méritent.