Présentation des vœux aux grassois au Palais des Congrès

Mesdames, Messieurs,

Quel bonheur pour un maire de réunir ses administrés à l’occasion de la présentation des vœux à la population. Merci à celles et à ceux qui sont venus ce soir, votre présence est le signe de l’intérêt sincère que vous portez à Grasse. Elle est aussi, je le crois, une marque de confiance que vous exprimez envers vos représentants en faisant la démarche d’aller à leur rencontre et de les écouter.

Parce qu’un maire n’est jamais seul dans l’exercice de ses fonctions, je veux saluer et remercier les personnalités talentueuses et passionnées qui m’entourent et avec lesquelles je travaille au service de Grasse. Mon équipe municipale d’abord, mes fidèles compagnons de route, pleinement engagés dans les missions que je leur ai confiées et dans le projet que nous portons pour Grasse et ses habitants.

Les représentants des institutions publiques et de l’Etat, de l’Hôpital, du Tribunal de Grande Instance, de la Maison d’Arrêt, de la Gendarmerie, de la Police Municipale et Nationale, des Pompiers, des Cultes, présents en nombre dans cette assemblée. Ce sont des interlocuteurs privilégiés et des partenaires importants au quotidien. Les parlementaires, les conseillers départementaux et régionaux, les maires qui sont des relais efficaces. Pour Grasse, nous pouvons nous appuyer sur des hommes et des femmes à l’ancrage territorial fort, investis pour un bassin de vie qu’ils connaissent parfaitement. Les maires de la Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse qui œuvrent à mes côtés au sein de l’intercommunalité pour structurer, équiper et développer un magnifique territoire si diversifié, si riche et si singulier.  Soyez collectivement fiers de la bonne nouvelle apprise cette semaine : la politique de maîtrise des dépenses publiques que nous menons depuis plusieurs années portent ses fruits et permet à notre agglo de sortir du Réseau National d’Alerte. Merci à tous des efforts consentis, Merci à mon 1er Vice-président, Jean-Marc DELIA, Merci à tous les agents de la collectivité qui travaillent à la ville comme à l’agglo dans un esprit de mutualisation et d’efficacité du service public. Ils méritent vos applaudissements.

Le mandat de maire est certainement le plus beau des mandats. Lorsque la possibilité d’emprunter un chemin national s’est présentée à moi, j’ai naturellement choisi mon mandat de maire. J’ai naturellement choisi de continuer à servir la Ville de Grasse dans le respect de la confiance que les Grassois m’ont accordée. Je leur suis fidèle et suis heureux d’œuvrer pour eux au quotidien.

Le maire a cette chance et cette immense responsabilité d’être l’élu de la proximité, le premier échelon de la démocratie. A l’heure où nos institutions sont questionnées, le maire demeure le garant d’une certaine idée de la France et de la République, fondées sur une démocratie vivante, respectueuse du citoyen et de la parole donnée. Les maires présents dans la salle partagent assurément cette conception de l’action publique locale et du débat politique.

Un débat politique que nous souhaitons animé et constructif avec la population ; un débat politique qui peut être passionné mais qui ne doit jamais tomber dans le dénigrement, auquel cas il devient stérile et je le crois nuisible.
Etre maire est donc une chance et un bonheur que je mesure chaque jour. Celui d’être dans l’action ; celui de bâtir la ville de demain en offrant aux générations qui nous suivront les moyens de s’épanouir.

Le bonheur d’être maire, passe aussi par le respect des engagements pris et des promesses tenues. L’année 2018 a marqué une avancée importante dans les objectifs que nous nous sommes fixés pour accompagner Grasse dans la modernité.

La révision de notre Plan Local d’Urbanisme a constitué une étape majeure dans le projet de territoire que nous portons, celui de concilier le renouveau de l’agriculture et le développement économique. Un grand merci à Christophe MOREL, mon Adjoint en charge de l’Urbanisme, pour la qualité et la densité des travaux menés par les services placés sous la direction de Madame Nathalie CAMPANA.

Avec l’adoption de ce nouveau PLU, nous résistons à la pression foncière, nous protégeons nos paysages, nous optons pour une urbanisation douce, nous sanctuarisons des terres pour l’agriculture et la culture des plantes à parfum. Nous misons sur la filière agricole et favorisons l’installation de jeunes cultivateurs, comme à Plascassier avec l’implantation du Domaine de la Colle Blanche. Nous donnons également les moyens à nos entreprises et à notre industrie de poursuivre son développement raisonné en doublant les emprises au sol comme au Bois de Grasse, au Carré Marigarde, dans les zones de Sainte-Marguerite, de Saint Marc et de la Paoute.

Notre secteur économique est dynamique, il est de notre devoir de l’aider à grandir pour que prospèrent l’emploi et la croissance. Le succès d’Aroma Grasse est un exemple de ce que nous devons faire pour libérer les forces et continuer d’accueillir des entreprises sur le territoire. La stratégie adoptée est payante. Les industriels sont nombreux à exprimer leur confiance.

Dans le domaine de la parfumerie, on enregistre une accélération du retour des grandes maisons avec d’excellentes perspectives de développement, comme par exemple celles initiées par le groupe suisse Givaudan qui a décidé d’investir 20 millions d’euros pour agrandir et moderniser les laboratoires d’Expressions Parfumées. L’ouverture en 2018 de l’Hôtel d’Entreprises « Grasse Biotech » est un merveilleux symbole de cette dynamique et tout ce qui concourt à développer notre image de marque à l’international va dans ce sens.

Nous affichons et cultivons sans modération les atouts de notre ville, intimement liés à ce qui constitue son identité et son ADN : le Parfum.

La reconnaissance par l’UNESCO des savoir-faire liés au parfum au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité est bien évidemment un évènement marquant de la fin d’année. Cette bonne nouvelle est l’aboutissement d’une démarche engagée il y a maintenant 10 ans, portée avec énergie et enthousiasme par tout un territoire. Un dossier soutenu ardemment par les membres de l’Association du Patrimoine Vivant du Pays de Grasse, par tous les praticiens de la filière qui ont défendu les valeurs de la ville et qui ont accompagné le Sénateur Jean-Pierre LELEUX à l’origine de cette fabuleuse aventure ! J’ai soutenu de toutes mes forces cette formidable initiative au sein du Conseil Communautaire de l’agglo, auprès des maires de la CASA et du Var. Aujourd’hui, la fierté est collective, elle fait du bien au territoire.

Elle ouvre de belles perspectives pour le tourisme, pour l’environnement, pour le patrimoine bien sûr et pour l’enseignement supérieur, élément central de notre politique de redynamisation de notre centre-ville.

Dans ce domaine, les choses avancent et elles avancent bien. Gardons de cette année 2018, la création du service administratif Grasse Campus et l’arrivée de nouvelles formations d’excellence. Après la création d’un Master of sciences universitaire «Flavour & Fragrances Industry » et l’arrivée de l’Ecole Supérieure du Parfum en 2018, nous attendons pour la rentrée 2019 une antenne de l’école d’ingénieurs ECAM-EPMI spécialisée dans les questions d’énergie. Grasse, ville étudiante, ce n’est donc plus un vœu, c’est une réalité.

L’Etat adhère pleinement à ce concept et se joint à nous en apportant son soutien à la ville au travers du dispositif national « Action Cœur de Ville ». M. le Sous-préfet, l’attente est forte, car l’avenir de Grasse se joue là.

Le projet retenu s’inscrit dans une véritable cohérence territoriale. A terme, ce sont plus de 500 étudiants supplémentaires qui devraient s’installer dans le centre de Grasse et qui représentent autant de futurs consommateurs de services qu’ils trouveront en centre-ville.

Avec la rénovation du Théâtre de Grasse, avec le projet du quartier Martelly qui accueillera un cinéma de grande capacité, avec le développement d’un nouveau quartier des artistes Place de la Poissonnerie, nous affirmons également notre volonté de redynamiser le cœur de ville grâce et par la culture. La construction de la médiathèque et son ouverture en 2020 au public va offrir aux Grassois des nouveaux services. Nous proposerons des prêts d’œuvres d’art, un espace de coworking, un lieu de conférences, des ateliers d’imprimante 3D, des jeux vidéo en réseaux…

La médiathèque sera un lieu ouvert à tous les publics, pluri générationnel, où la culture s’exprimera pleinement sous toutes ses formes.

Avec 52.000 habitants, Grasse, 4ème ville du département, doit proposer un tel équipement culturel moderne sur son territoire.

La culture est en effet un formidable vecteur d’éducation, d’émancipation et d’ouverture. Elle est un fil tendu entre ce passé que nous regardons parfois avec une certaine nostalgie et ce présent que nous construisons avec l’exigence de tendre toujours vers le mieux.

Ce lien essentiel, nous le maintenons actif grâce à la politique de réhabilitation du patrimoine grassois que nous menons depuis plus de 4 ans. Après le plan de rénovation des fontaines et des façades, nous lançons en 2019 un vaste programme de réhabilitation du palais épiscopal. Il débutera par la rénovation du hall d’accueil et de l’escalier monumental avant d’aborder en 2020 la création d’un centre d’interprétation d’architecture et du patrimoine (CIAP) au sein du bâtiment de l’Hôtel de Ville. Nous lançons également la seconde tranche de travaux du Musée International de la Parfumerie qui fait la fierté de notre cité et poursuivons dans nos quartiers les rénovations de nos chapelles et de nos oratoires. La Commission des Hommages Publics continue quant à elle d’inscrire dans la mémoire collective des personnalités locales dont le parcours de vie est intimement lié à Grasse.

Le milieu associatif est lui aussi à l’origine de projets culturels et patrimoniaux enthousiasmants. Ils sont complémentaires à ceux menés par la municipalité. Citons le tout jeune Fonds Baudelaire grâce auquel la façade Hugues-Ainé va pouvoir être restaurée avec le soutien de l’entreprise Charabot-Robertet qui montre un magnifique exemple de mécénat ; citons également l’association Mission Patrimoine de Nicolas DOYEN qui accompagne la ville sur de nombreux projets comme celui de la restauration du grand orgue de la Cathédrale Notre Dame du Puy.

Remercions tous les mécènes, les bénévoles, les amoureux et les défenseurs de Grasse de leur aide discrète et précieuse. Elle est fondamentale dans une réhabilitation rendue difficile en période de rigueur budgétaire.

Merci à eux, merci à toutes celles et tous ceux qui ont le souci de protéger les trésors et l’âme de notre cité.

Mesdames, Messieurs,

L’évocation du passé, aussi flamboyant fut-il, n’a de sens que s’il vient nourrir un avenir prometteur et encore meilleur. Un maire doit se projeter, anticiper et imaginer l’avenir.

L’avenir, ce sont les enfants qui nous prolongent, qui incarnent l’espérance et le renouveau. Parce que la jeunesse est un formidable moteur, elle guide l’action de l’équipe municipale qui a la responsabilité de garantir aux plus jeunes les conditions de leur épanouissement.

En 2018, nous avons poursuivi les travaux dans les écoles et dans les structures d’accueil de la petite enfance renforcées par la création d’une crèche municipale au sein du Mas du Collet rénové accueillant 23 enfants. La pelouse synthétique du stade de la Paoute a été complètement reprise. Des aires de jeux à destination des familles ont été installées Place du Pontet et à Saint-Claude. L’édition 2018 de « Bougeons l’Emploi pour les Jeunes » a été une fois de plus une belle réussite. Les projets pédagogiques autour de l’apprentissage des valeurs de la citoyenneté se sont multipliés à l’initiative de la municipalité et de la communauté enseignante.

L’avenir, nous l’assurons, lorsque nous agissons en faveur de la protection de l’environnement et que nous développons à l’échelle du territoire intercommunal des initiatives nouvelles pour mieux gérer nos déchets, pour favoriser les modes de mobilité douce, pour optimiser notre consommation d’énergie (100.000 € par an d’économie sur les factures de chauffage, – 46 % de consommation d’eau entre 2013 et 2017, le choix depuis 2016 d’une électricité 100% verte a permis d’éviter l’émission annuelle de plus de 700 tonnes équivalent CO2…).

Pour toutes ces réalisations, petites ou grandes, je remercie encore les administrations communale et intercommunale qui sont à pied d’œuvre toute l’année et qui servent le public avec professionnalisme.

L’avenir, nous le construisons également au sein du Pôle Métropolitain avec les présidents des communautés d’agglomérations de Sophia-Antipolis, de Cannes Pays de Lérins et des Préalpes d’Azur.

Grasse, sous-préfecture des Alpes-Maritimes, doit retrouver une juste place dans l’ouest du département. Nous y veillons chaque jour en agissant concrètement pour la défense de nos institutions et le maintien sur notre territoire de services publics de proximités essentiels.

Tel est le sens du combat que nous menons aux côtés de M. Rodriguez, Bâtonnier de l’ordre du Barreau de Grasse, contre la réforme de la Justice et pour le maintien du Tribunal de Grande Instance à Grasse ;

Tel est le message que nous adressons à nos dirigeants lorsque que nous dénonçons le projet de fusion des Missions Locales et de Pôle Emploi ; telle est la conception du service public que nous défendons lorsque nous sollicitons auprès de l’Agence Régionale de Santé le renforcement du budget d’investissement de l’Hôpital de Grasse pour mener à bien les travaux de rénovation des urgences et du bloc opératoire.

Mesdames, Messieurs,

Alors que l’Etat continue de se désengager fortement et que la collectivité doit faire plus avec moins, je me refuse toujours à augmenter les impôts des ménages grassois.

Avec l’équipe municipale, nous respectons les engagements pris et assumons ce choix politique. Le contribuable français déjà fortement asphyxié par des taxes décidées nationalement ne comprendrait pas ce matraquage fiscal. Nous poursuivons ainsi les efforts consentis et tenons le cap. En 2019, les taux d’imposition n’augmenteront toujours pas, je l’affirme devant vous.

Chères Grassoises, Chers Grassois,

N’oublions jamais qu’au-delà des personnes et de nos personnes, il y a Grasse. Une ville que nous aimons et pour laquelle nous souhaitons le meilleur pour les enfants qui nous prolongent.

Etre Grassois, c’est faire sien un ensemble de valeurs que sont la fraternité, l’amitié, la bienveillance. C’est transmettre et faire vivre un récit commun. Etre Grassois, c’est aussi appartenir à une communauté de destins et regarder ensemble vers l’avenir.

Ce soir plus que jamais, nous avons Grasse au cœur. Un même sentiment d’appartenance à cette ville que nous aimons, nous anime et nous rassemble.

Qu’il continue en 2019 d’être le moteur de notre engagement pour Grasse. J’invite toutes celles et ceux qui croient en elle à faire réussir Grasse au-delà des intérêts personnels et de toute posture politicienne définitivement stérile.

Voilà les vœux que j’adresse pour la ville.

Pour vos familles et pour ceux qui vous sont chers, je souhaite une année de bonheur et d’espérance. Que 2019 préserve la santé de vos proches et des personnes que vous aimez, il s’agit là de notre Bien le plus précieux. Ensemble, faisons réussir Grasse.

Belle année 2019 à tous !