Un partenariat pour faciliter l’accès aux soins pour tous

J’ai eu le plaisir de signer aujourd’hui la convention de partenariat avec la PFIDASS (Plateforme d’Intervention Départementale pour l’Accès aux Soins et à la Santé) entre la Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse et la Caisse Primaire d’Assurance Maladie des Alpes-Maritimes. Innovation, solidarité, proximité sont au cœur de nos ambitions et s’inscrivent naturellement dans cette convention. Cette convention va permettre aux personnes qui auraient besoin de se soigner de bénéficier d’un appui direct des services de la CPAM par l’intermédiaire du PLIE,une manière de faciliter l’accès aux soins pour tous.

Un partenariat pour faciliter l'accès aux soins pour tous 02Discours intégral :

Permettez-moi, avant toute chose de vous souhaiter la bienvenue pour la signature officielle de la convention de partenariat entre la CPAM des AM et le Pays de Grasse.

Innovation, solidarité, proximité sont au cœur de nos ambitions et s’inscrivent naturellement dans cette convention.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le droit à la santé constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain. Il suppose notamment de pouvoir accéder, en temps opportun, à des soins et de pouvoir financer les traitements et autres actes médicaux.

En France, ce droit, est garanti par le préambule de la Constitution, et au fondement de la création du système d’Assurance maladie mis en place après la seconde guerre mondiale.

Votre mission principale, Monsieur le Directeur, et vous l’expliquez encore mieux que moi dans votre intervention, consiste principalement au remboursement des frais de santé de formes et de natures diverses.

Le système a originellement été conçu selon une logique assurantielle, à vocation universelle : les personnes qui travaillent cotisent pour bénéficier et faire bénéficier leurs ayants droit d’une protection contre le risque maladie. Chacun contribue selon ses moyens et reçoit un appui en fonction de ses besoins, à travers un mécanisme de solidarité horizontale entre malades et bien portants.

Cette solidarité est au cœur de notre projet de territoire et cette convention en est l’un de ces plus bels exemples.

En effet le Pays de Grasse est mobilisé pour tous et particulièrement pour ses concitoyens les plus fragiles

Il n’est pas acceptable que par manque de connaissances ou d’informations ceux qui en auraient le plus besoin n’accèdent pas à cette solidarité générale alors que d’autres en profiteraient indument.

L’équité du service public est ma priorité afin que chaque personne soit justement aidée.

Je suis fier et heureux qu’aujourd’hui le PLIE permette aux participants qui auraient besoin de se soigner pour retrouver une activité professionnelle bénéficient d’un appui direct des services de la CPAM. Je suis fier également qu’au-delà du PLIE tous les acteurs du territoire puissent bénéficier d’une information directe afin d’aider et faciliter l’accès aux soins de leurs bénéficiaires. En agissant comme interface l’action du PLIE favorise la communication et l’échange de bonnes pratiques, pour éviter que nos concitoyen-nes les plus précaires renoncent à se soigner pour des raisons financières et administratives et verraient ainsi leur situation s’aggraver.

Il est de mon devoir de faire en sorte que toute prestation ou service auquel un concitoyen ou une concitoyenne pourrait prétendre, ils en aient l’accès.

Le sociologue Philippe Warin classe les non-recours en trois catégories : la non-information, la non- demande et la non-réception.

Ces situations interrogent l’effectivité et la pertinence de l’offre publique, et représentent un enjeu fondamental. Cet enjeu le Pays de Grasse entend bien aujourd’hui y répondre et participer à l’effort nécessaire au bien être de toutes et tous