A l’issue d’une campagne tendue, éprouvante, surprenante aussi (au cours de laquelle aucun coup bas ne m’aura été épargné), votre choix – et c’est bien là l’essentiel – est clair : un nouvel élan est nécessaire pour notre ville !

Voilà l’idée forte qui nous rassemble et nous motive.

Cette confiance m’honore et m’invite à redoubler d’efforts pour atteindre les objectifs qu’ensemble nous nous sommes fixés.

C’est animé d’une sincère volonté de rassemblement et de respect de toutes les énergies que, au-delà des clivages et des sensibilités politiques, j’entends mener les actions que je sais être utiles et profitables à l’ensemble des Grassois. Car sous les masques et les postures politiciennes se trouvent des hommes et des femmes qui, je l’espère, ont Grasse au cœur. Il leur appartient de nous démontrer qu’ils ont compris que les clivages, au plan communal, ne servent en rien l’intérêt général.

Dans ce contexte, votre compréhension des enjeux, vos innombrables témoignages de soutien, d’adhésion et, pour tout dire, de foi en notre avenir, sont, pour moi, un moteur précieux et puissant.

Dès lors, il me reste à vous prouver que les promesses électorales n’engagent pas que ceux qui les écoutent. C’est précisément ce à quoi je m’emploie depuis le lendemain des élections passées.

De nombreux défis nous attendent, de nombreux combats aussi… mais de belles pages d’histoire de notre commune sont à écrire pour nous et les générations à venir.

Merci pour votre attention et l’implication dont vous faites preuve pour notre territoire de vie.


 

Réunis dans la salle plénière du Palais des Congrès, les acteurs économiques du territoire et les prescripteurs de la ville ont pu découvrir le 9/11/2015 les travaux et grands projets qui visent à transformer le cœur de la ville.

Extraits du discours :

« …le sujet de nos préoccupations est bien Grasse, de jour comme de nuit.

Grasse au cœur, avec la volonté acharnée de mettre en valeur ses potentialités, de transformer ses fragilités en forces et de lui rendre les hommages qu’elle mérite.

C’est bien-sûr un enjeu politique. Pour beaucoup d’entre nous c’est un défi personnel, passionnel, viscéral, amoureux au sens le plus noble du terme. C’est surtout et plus que jamais compte tenu de l’actualité, une urgence sanitaire et sécuritaire… »

« … Nous avons besoin de diagnostics clairs, sans concession. Nous avons besoin d’actions concrètes, pragmatiques. Nous avons besoin de contre feux pour lutter contre le fatalisme, les critiques faciles, le mépris des malveillants, les rumeurs infondées, les réalités amplifiées.

Nous avons aussi besoin de mots et d’outils pour rêver ensemble, au-delà des travaux de conformité et de sécurité, une ville reconquise, ré-enchantée, vivante, ardente…. »

« … Parce que Grasse est à un carrefour de son histoire, Grasse a plus que jamais besoin de défenseurs pour inciter, éveiller, raviver et transformer les actes posés. Pour reprendre une expression chère aux adeptes du rugby, nous avons à transformer l’essai. Et pour cela, nous avons besoin de vous… »

« … Concrètement, nous voilà entrés dans le temps de l’action et cette action n’aura de sens que si elle est concertée, déterminée et collective… »

« … La situation est assez claire, je ne vous apprends rien. Plus on s’éloigne de Grasse, plus la ville est aimée, admirée, associée à l’image mythique du parfum. Aux quatre coins du globe, on connait Grasse mieux que Cannes ou Nice et on en parle en termes élogieux, presque fantasmés. Plus en revanche, on s’en rapproche et plus Grasse est critiquée, vilipendée, même par des natifs, nostalgiques d’un temps où la ville grouillait de monde et d’activités.

On connait tous l’histoire.

Les grassois ont massivement déserté le centre au profit des campagnes et la cité historique, comme toutes les villes moyennes de France et de Navarre, a vécu de plein fouet un processus infernal de désertification et de paupérisation alors que sa périphérie accueillait zones résidentielles commerciales et parcs d’activités. Aujourd’hui Grasse s’étale sur 9 hameaux et un cœur de ville. Les plus grands quartiers ont leur autonomie administrative, leurs commerces, leurs structures éducatives et sportives, et  tous se sont développés tels des villages, aux identités affirmées. C’est un paradoxe avec lequel il faut compter. Autre paradoxe au cœur même de la Cité Historique : alors que des immeubles constituent les joyaux d’une ville labellisée Ville d’art et d’histoire, d’autres issus du secteur sauvegardé avec toute l’attention des Bâtiments de France s’écroulent, faute de soin et de moyens pour les entretenir… »

« … Il convient d’inverser ce processus pour éviter que le fossé ne se creuse davantage entre l’image extérieure et la réalité intérieure. Ce constat, nous l’avons tous fait. Cette situation n’est pas immuable et qu’il est de notre responsabilité de la changer en actionnant tous les leviers possibles. J’y mets toute mon énergie. C’est le moment. Nous nous en donnons les moyens dès maintenant avec un renforcement progressif dans les mois à venir… »

« … Grasse vit précisément un tournant historique, une conjonction favorable qui nous convainc plus que jamais de conjuguer nos forces vers ce cœur délaissé trop longtemps, ce cœur merveilleux plein de contrastes, de charme, de renoncements et de joyaux à reconquérir.

Nous avons hérité de nos prédécesseurs de dossiers difficiles mais également de projets ambitieux initiés depuis plusieurs années par la municipalité précédente et l’équipe de mon ami Jean-Pierre LELEUX. Ces projets à l’extrême lourdeur administrative, nous les avons repris à notre compte, malgré les détracteurs, alors que les finances de la ville étaient au plus mal. Nous sortirons par le haut de ces difficultés, je m’y suis engagé et le soutien de l’Etat dans la gestion des emprunts toxiques me conforte absolument dans les choix drastiques qui ont été les nôtres au début de ce mandat.

De leur côté, les projets structurants feront la renaissance de la ville, j’en ai la conviction.

Depuis 2008, la ville est porteuse d’un projet de renouvellement urbain qui englobe des opérations complémentaires stratégiques pour la ville. Elles viennent à échéance à horizon 2015, 2016, 2017, 2018 et 2020. Nous avons à capitaliser sur ces opérations parce qu’elles sont ambitieuses, modernes, innovantes et porteuses d’espérance. Elles touchent la rénovation des ilots dégradés, la requalification des entrées de ville, les aménagements qui visent une mixité fonctionnelle et sociale en centre historique.

Nous bénéficions de l’aide conjointe de partenaires institutionnels fondamentaux comme l’Etat, l’ANRU, la Région, le Conseil Départemental, la CAPG. Toutes ces institutions croient au renouveau de Grasse, ont misé des deniers publics sur la ville par centaines de milliers d’euros et sont prêtes à en miser encore pour nous aider à accompagner le changement.

Ce changement est en marche, il prend les couleurs de la médi@thèque qui sort de terre et sera livrée d’ici fin 2017, celles de la Zac Martelly, opération majeure pour Grasse, celles des ilots rénovés du centre ancien : ilot Sainte Marthe, ilot des Moulinets, ilot Four de l’oratoire, ilot Goby, ilot Mougins Roquefort.

Il prend enfin les couleurs du contrat de ville 2015-2020 signé le 12 novembre ou encore les couleurs du nouveau poste de police municipale requalifié et déplacé sur l’ex-Babali avec des travaux en régie municipale qui font la fierté des agents. Ce repositionnement est fondamental pour marquer la place de l’autorité et de la rigueur. Dès l’ouverture du poste de police, les couleurs de la République seront arborées sur la façade mise en lumière pour qu’aucun doute ne subsiste sur notre volonté d’incarner la fermeté et l’ordre.

Tout cela est concret, tangible, vérifiable. Tout cela vient étoffer et donner de la force aux actions menées depuis les élections de mars 2014 pour dynamiser le commerce de proximité et animer la. Tout cela entre dans le cadre d’un phasage réfléchi, implacable, méthodique et vertueux pour porter la ville hors des ornières qui la menacent et des étaux qui l’étreignent.

Nous croyons à l’arrivée des grandes enseignes comme nous croyons au développement d’un commerce de niche autour du goût, de l’artisanat d’art, de la création, de la mode, du luxe et finalement de l’art de vivre… »

 « … Le cap est donné et l’ambition est forte. Elle dit notre détermination et tous les espoirs que nous fondons sur les efforts fournis. Elle est une main tendue vers la société civile et le monde professionnel devenu un partenaire incontournable. Son influence est essentielle.

Ensemble portons la vision d’une ville ouverte, apaisante, sécurisée, accueillante et propre ; une ville ponctuée par des miroirs d’eau, des trouées végétales, des places éclairées, des façades magnifiées, un hommage permanent à l’histoire et à l’art de notre cité labellisée ; la vision d’une ville multiculturelle fière de ses racines et ouverte sur le monde ; une ville qui développe le sens du beau, du bon, du vrai, une ville qui a le goût de l’essentiel, une ville de création culturelle, de rencontres, de festivals. Nos atouts sont considérables, notre situation est exemplaire, entre mer et montagne, entre ville et campagne. Notre responsabilité est immense pour maintenir une position ferme vis-à-vis de la pression immobilière et assumer des choix stratégiques dans la révision du PLU pour garder nos atouts concurrentiels. Elle l’est aussi dans la recherche de partenariats privés et institutionnels : ensemble nous devons être ambitieux, voir grand, être exigeants, nous mettre à la hauteur des trésors que recèle notre ville. Le club des entrepreneurs dont je remercie l’implication à nos côtés apporte une contribution formidable en portant la voix des chefs d’entreprise du territoire. Leur éclairage est précieux ; celui des fédérations commerçantes l’est aussi ; l’avis des prescripteurs de la société civile dès demain le sera tout autant.  Toute l’énergie doit aller dans le sens d’une déclinaison de nos atouts touristiques, d’un développement de l’enseignement supérieur vers la création d’un pôle universitaire, d’un accueil de structures innovantes high-tech, d’une offre hôtelière et gustative de qualité, d’une halle gourmande authentique, d’espaces favorisant les liens intergénérationnels, d’une programmation d’événements culturels rassembleurs autant qu’une action quotidienne, tenace, au plus près des citoyens pour améliorer l’état des routes, sécuriser les espaces publics et les embellir.

C’est avec conviction mais aussi beaucoup d’humilité que nous avançons pour créer une nouvelle urbanité, un cœur de ville, un cœur de vie, un cœur où il fait bon travailler et faire du business, un cœur où il fait bon circuler et faire grandir ses enfants. Pour tout cela, nous avons besoin de compagnons de route.

Nous avons besoin de fédérer les énergies, nous avons plus que jamais besoin de valoriser les projets qui sortent de terre, et qui à n’en pas douter participeront de notre volonté commune de faire briller Grasse de l’intérieur et de faire vibrer pleinement son cœur.

 

Fidèlement
Jérôme Viaud
Maire de Grasse
Président de la communauté d’Agglomération du Pays de Grasse
Vice-Président du Conseil Général